jeudi 22 février 2018

Communiqué de la Fédération Anarchiste contre l'expulsion de Bure

Bure : État nucléarisé – État policier

Ce matin à 6h15, le gouvernement a lancé l'évacuation, à l'aide de son bras armé de 500 gendarmes mobiles, du Bois Lejus et de la Maison de la résistance près de Bure abritant les militant-e-s contre le projet d'enfouissement de déchets nucléaires.

Lors de l'abandon du projet Notre-Dame-Des-Landes, le gouvernement avait promis de se « venger » en évacuant toutes les soi-disante ZAD de France (mais en fait tous les lieux de résistance qui combattent pour un autre monde), Bure en est la première victime. Cette violence d'État se situe dans une logique d'agressivité permanente : surveillance, contrôles, procès...

S'attendant à cette intervention, les opposant-e-s avaient récemment annoncé : « S’ils nous expulsent, nous reviendrons, plus nombreux. Nous n’avons jamais été aussi forts ». Les 3 et 4 mars prochains un « week-end de renforcement de l'occupation » était déjà prévu. Nous soutenons ces résistances qui ont un enjeu essentiel pour toutes et tous : stopper toute la filière nucléaire, industrie annoncée « propre, gérable et peu coûteuse », aujourd'hui au bord du gouffre.

Nous, Fédération Anarchiste, appelons toutes les bonnes volontés à converger sur Bure dès que possible, à créer/rejoindre des comités de soutien et à participer aux rassemblements prévus ce soir à 18h devant les préfectures pour dénoncer cette expulsion, la répression, mais aussi la connivence entre État et industrie nucléaire toute puissante.


22/02/2018
La Fédération Anarchiste



lundi 19 février 2018

Les combattants hollandais, breton et espagnol des YPG sont tombés à Afrin et Deir Ezzor



Les combattants internationalistes flamand, breton et espagnol tombé au coté des YPG.

Nous publions ci-dessous la déclaration du commandement général des Unités de protection du peuple (YPG) concernant les trois combattants internationalistes tombés dans la lutte contre les attaques de l’État turc à Afrin et les attaques de l’État islamique à Deir Ezzor. 
“Nos camarades Kendal Breizh et Baran Galicia, deux de nos combattants internationalistes, qui prirent place en tête de la résistance historique contre les attaques fascistes de l’armée d’invasion turque et de ses gangs alliés à l’encontre du canton d’Afrin, sont tombés martyrs dans les combats contre les occupants sur le front de Jinderise le 10 février 2018.
Nos camarades Baran et Kendal ont rejoint le combat afin de se tenir debout aux côtés du peuple, à un moment où la révolution populaire au Rojava et au Nord de la Syrie, bâtie par le sang et le travail, est attaquée par les forces d’invasion réactionnaires. Ils étaient déterminés à protéger la révolution et ses acquis au prix de leur vie. Ces camarades, partie prenante de l’extraordinaire résistance dans laquelle notre combat s’est embarqué au nom de la dignité humaine au Moyen Orient, sont devenus des symboles de l’esprit et du combat révolutionnaires et internationalistes pour la démocratie au Moyen Orient. Les camarades Baran et Kendal sont venus de plusieurs milliers de kilomètres, de France et d’Espagne, pour participer au combat contre la barbarie de Daesh au Rojava et ont prouvé leur engagement envers le combat et les valeurs socialistes universelles jusqu’à leur dernier moment.
Le camarade Kendal était originaire de Bretagne et le camarade Baran d’Espagne. L’été 2017, ils ont rejoint les rangs des Unités de Défense du Peuple (YPG), et ont joué un rôle actif dans la bataille contre les forces réactionnaires de Daesh. Ces deux camarades ont fourni de gros efforts pour la libération des principales zones tenues par Daesh, comme les villes de Raqqa et de Deir Ezzor, et ils ont combattu en continu durant ces derniers mois. Le 20 janvier, quand l’armée d’invasion turque et plusieurs organisations jihadistes terroristes comme Al Nusra et Daesh ont débuté leurs attaques contre le canton d’Afrin, ils sont venus de plein gré dans cette région avec de nombreux amis internationalistes. Ils étaient déterminés à participer au combat de l’humanité mené à Afrin contre les forces barbares d’occupation. Nos camarades Baran et Kendal ont résisté comme ils l’avaient fait à Raqqa et Deir Ezzor, contre ces groupes terroristes qui partagent la même mentalité et les mêmes pratiques inhumaines que Daesh. Les groupes salafistes de Daesh et leurs alliés d’Al Qaeda qui ont été armés et dirigés par le régime fasciste de l’AKP en Turquie, sont l’une des menaces les plus dangereuses, et pas seulement pour les habitants du Nord de la Syrie et au Rojava. Ils sont une menace pour les valeurs du socialisme démocratique et des sociétés progressistes, ainsi que l’Humanité dans son ensemble. En participant au combat contre ces forces, nos camarades ont défendu le paradigme et les valeurs d’une société démocratique, écologique, et de la libération des femmes. Nos camarades étaient convaincus que ce paradigme était universel, et constituait le seul espoir pour le futur du Moyen Orient. Dans la vie de chacun des camarades, le principe selon lequel “la compréhension nécessite l’action” sur lequel notre combat et notre philosophie de vie sont basés, retrouve tout son sens. Au lieu d’attendre que d’autres portent ce qu’ils avaient compris, ils ont pris leurs responsabilités, faisant preuve de courage en tant que révolutionnaires internationalistes.
Le camarade Baran Sason, originaire des Pays-Bas, est tombé martyr dans la lutte contre Daesh à Deir Ezzor.
Dans le cadre de notre engagement envers les efforts de nos camarades et comme trait caractéristique de l’histoire de notre lutte, nous promettons de porter le combat de nos camarades Kendal et Baran jusqu’à ce que la noirceur de la Turquie, supportée par des groupes de Daesh et d’Al Qaeda n’ait été complètement eradiquée de la région. En commémorant les noms de nos camarades Kendal et Baran, nous exprimons une nouvelle fois notre respect et notre gratitude envers tous les martyrs internationalistes de notre combat. Nous présentons nos condoléances aux familles des martyrs, à leurs proches, et à toutes les forces progressistes du peuple.
La victoire sera, un jour ou l’autre, la victoire de tous les peuples qui résistent !”

Source : https://rojinfo.com/3520-2/ 

Kendal Breizh

Nouveaux modèles d'autocollants de la Fédération Anarchiste


Communiqué de la Fédération Anarchiste en soutien à Fabien de l'Organisation Anarchiste

18/02/2018

Solidarité avec Fabien de l'Organisation Anarchiste

La fédération Anarchiste apporte tout son soutien à Fabien G. militant anarchiste au groupe  "Nosotros" de l’Organisation Anarchiste qui a refusé de donner son ADN et se retrouve devant le Tribunal d'Instance. Le 16 novembre 2017, il avait été arrêté lors d'une table d’information sur le compteur Linky puis  placé  en garde-à-vue  au  commissariat  de St-Gaudens  durant  7  heures dans l'unique but de ficher son ADN. Nous appelons à aller le soutenir lors de sa comparution devant le Tribunal d'Instance de Saint-Gaudens (en Haute-Garonne), le 1er mars 2018,à partir de 14h. Nous ré-affirmons notre opposition à ces méthodes de fichage liberticide quelles qu'elles soient, notamment le fichage ADN et demandons la relaxe pour Fabien G.
Pour le soutenir financièrement une caisse  de  solidarité  afin  de répondre  aux  dépenses  afférentes  à cette affaire a été mise en place :
Cercle d’Etudes Sociales au CCM Perpignan-Castillet 10278 08962 00022006141 48
La fédération Anarchiste

vendredi 9 février 2018

Dossier Fédération Anarchiste spécail Notre-Dame-Des-Landes, symbole de résistance !

Quelques jours avant la grande mobilisation « Enracinons l'avenir » du 10 février sur la ZAD, nous avons voulu, au travers de ce dossier, revenir sur les années de luttes à Notre-Dame-Des-Landes, des joies, des peines, des doutes, des victoires …, de 1964 à 2018.
Il se compose de 3 parties, la première étant une chronologie non exhaustive des décisions et actes étatiques/policiers/des tribunaux/des bétonneurs, et des résistances aux travers de divers événements. La deuxième se compose de témoignages glanés ici et là sur des sites mais aussi de témoignages de camarades s'y étant rendus, pour lutter et/ou habiter sur place. Et enfin la troisième partie regroupe différents communiqués fédéraux ou de groupes de notre organisation.
Avant propos
Le 17 janvier 2018, le gouvernement décide l'abandon du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes
après plus de 40 ans de lutte. Malgré les pressions étatiques, les harcèlements policiers, les arrestations, les condamnations, les menaces et intimidations des milices de Vinci, les menaces de mort de chasseurs alcooliques, les expropriations, les destructions de fermes/bâtiments/cabanes..., des paysan-ne-s, nouveaux/elles, ancien-ne-s habitant-e-s, naturalistes, activistes anticapitalistes, écologistes radicaux/cales, associations, groupes politiques radicaux, groupes autonomes, comités de soutien, simples individu-e-s, … se sont mobilisé-e-s au travers de manifestations, rassemblements, actions pacifistes et directes, mise en place d'alternatives, occupations de terres en semant et récoltant ,... et ont fini par remporter cette grande victoire. Mais il ne faut pas pour autant abandonner la lutte car un autre combat a commencé depuis l'annonce du premier ministre et surtout de son ultimatum (jusqu'au 30 mars pour évacuer la zone). La ZAD doit continuer à vivre !